Les nouvelles news Séminaires

Les arrêts de travail: prévention, couverture optimale et conséquences sur les parcours professionnels

20 mai 2014
PARIS

L’Irdes organise avec le soutien de la Drees  un séminaire sur :   Les arrêts de travail en matière de prévention, couverture optimale et conséquences sur les parcours professionnels mardi 20 mai 2014 à Paris. Amphithéâtre Durand Université Pierre et Marie Curie 4, Place Jussieu 75005 Paris.
Le programme du séminaire est disponible sur le site de l'Irdes :
http://www.irdes.fr/recherche/colloques-et-workshops/hygie-les-arrets-de-travail-prevention-couverture-optimale-et-consequences-sur-le-parcours-professionnel-20-mai-2014/actualite.html
Les places étant limitées, merci de bien vouloir vous inscrire préalablement en ligne: http://www.irdes.fr/recherche/colloques-et-workshops/hygie-les-arrets-de-travail-prevention-couverture-optimale-et-consequences-sur-le-parcours-professionnel-20-mai-2014/inscription.html

Fichier joint :

Retour | Remonter

« Perspectives on global real interest rates»

9 avril 2014
OFCE, 69 quai d'Orsay, 75007 Paris

Andra Pescatori (IMF) présente son papier :"Perspectives on global real interest rates"à l'OFCE, salle de réunion (Rez-de-chaussée)mercredi 9 avril 2014 de 14h00 à 16h00Papier en pièce jointe Renseignement:christophe.blot@sciencespo.frvincent.touze@sciencespo.fr

Fichier joint :

Retour | Remonter

L’économie mondiale en 2030 : ruptures et continuités

1 avril 2014
OFCE, 69 quai d'Orsay, 75007 Paris, Salle de réunion (Rez-de-chaussée)

Le sujet est présenté par :Jacques Mazier (Université de Paris 13) Pascal Petit (Université de Paris 13) Dominique Phihon (Université de Paris 13) Les présentations seront discutées par : Christophe Blot (OFCE) et Anne-Laure Delatte (OFCE et CEPR) Renseignements :christophe.blot@sciencespo.frvincent.touze@sciencespo.fr
Retour | Remonter

Which Size and Evolution of the Government Expenditure Multiplier in France (1980-2010)?

25 mars 2014
OFCE, 69 quai d'Orsay, 75007 Paris

de 14h00 à 15h30 présenté par Mathieu Lemoine (Banque de France) (co-écrit avec Guillaume Cléaud et Pierre-Alain Pionnier)Rapporteur : Gilles le Garrec (OFCE) Renseignements :Christophe.blot@sciencespo.frvincent.touze@sciencespo.fr

Fichier joint :

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud : 12/03/2014 - Thème : "Santé, vieillissement, retraite"

12 mars 2014
Paris - ministère de l'Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 Paris

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 12 mars 2014, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : Santé, vieillissement, retraite.

Charlotte Geay et Grégoire de Lagasnerie exposeront tout d’abord un document de travail intitulé « Projections des dépenses de santé à l’horizon 2060, le modèle PROMEDE » qu’ils ont écrit dans leurs fonctions passées à la Direction générale du Trésor.

Ensuite, Hélène Blake (Paris School of Economics) présentera une étude réalisée avec Clémentine Garrouste (Paris School of Economics, Université Paris-Dauphine, LEDa-LEGOS et Ined) intitulée « Effets collatéraux d’une réforme des retraites en France ».

La discussion sera introduite par Didier Blanchet (Insee).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les
intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.


Résumés des présentations au prochain séminaire :


« Projections des dépenses de santé à l’horizon 2060, le modèle PROMEDE », par Charlotte Geay et  Grégoire de Lagasnerie 

Les projections à moyen et long termes des dépenses publiques, notamment des dépenses de santé, jouent un rôle important dans la conduite des politiques publiques mais également dans la surveillance budgétaire internationale. Dans ce contexte, la direction générale du Trésor a été saisie par le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) dans le cadre des travaux du Haut Conseil du Financement de la Protection Sociale (HCFiPS) afin de projeter à l’horizon 2060 la consommation de soins et biens médicaux (CSBM). Pour ce faire, les auteurs de cette étude s’appuient sur le modèle de simulation à cohortes PROMEDE. Ce modèle se compose de trois modules : un module démographique, un module de dépenses de santé et un module épidémiologique. À l’aide de ce modèle, les auteurs réalisent plusieurs scénarios de projection des dépenses de santé à l’horizon 2060 fonctions d’un grand nombre d’hypothèses
sur l’évolution de l’état de santé de la population et de l’environnement économique. Selon les résultats des projections correspondant au scénario de référence, à politique inchangée, la CSBM devrait augmenter de 2,5 points de PIB entre 2011 et 2060, passant de 9,0 % à 11,5 % du PIB. Dans le même temps, et toujours à politique inchangée, la part de ces dépenses financée par la sphère publique atteindrait 8,8 % du PIB, contre 6,8 % actuellement.


« Effets collatéraux d’une réforme des retraites en France », par Hélène Blake et Clémentine Garrouste 

Cette étude identifie l’impact de la retraite sur la santé physique, mentale et sociale des seniors à partir de l’expérience naturelle constituée par la réforme de 1993 du système de retraite en France. Le gouvernement français augmenta alors graduellement l’incitation au travail en jouant sur deux outils : la période de cotisation requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein et le nombre d’années travaillées prises en compte pour calculer le montant des retraites. Cette réforme induisit une hétérogénéité des incitations au travail dans la population. L’étude s’appuie sur une base de données sur la santé et l’emploi en France tirée des enquêtes Baromètre Santé de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé réalisées en 1999 et 2005, années auxquelles les cohortes touchées par la réforme de 1993 commencèrent à partir à la retraite. Deux techniques économétriques différentes sont utilisées pour évaluer cette réforme : les variables instrumentales et les différences de différences. En utilisant la réforme comme un filtre permettant d’éliminer l’influence potentielle de la santé sur les choix d’emploi, les auteures montrent que la retraite se traduit par une amélioration de la santé physique et sociale. Selon les résultats obtenus, les populations les plus affectées par un report de l’âge de la retraite sont les personnes les moins diplômées.     

 


Retour | Remonter

Séminaire OFCE: Assessing the Interest Rate and Banking Channels of ECB Monetary Policies

4 mars 2014
OFCE, Paris

4 mars - 14h Jérôme Creel (OFCE, ESCP-Europe), Paul Hubert (OFCE) et Mathilde Viennot (ENS Cachan) : Assessing the Interest Rate and Banking Channels of ECB Monetary Policies

Invitation
Consulter le papier
Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud : 12/02/2014 - Thème : "Prospective macroéconomique : l’économie mondiale à l’horizon 2035-2050"

12 février 2014
Paris - ministère de l'Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 Paris

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 12 février 2014, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Prospective macroéconomique : l’économie mondiale à l’horizon 2035-2050 ».

Patrice Ollivaud (Organisation de coopération et de développement économiques - OCDE) exposera tout d'abord les enseignements d’un document de travail de l’OCDE intitulé « Scénarios de croissance à long terme ».

Ensuite, Jean Fouré (Centre d’études prospectives et d’informations internationales - Cepii) présentera une étude réalisée avec Lionel Fontagné (Paris School of Economics, Université Paris I et Cepii) intitulée « La boîte de Pandore de la modélisation du commerce mondial à l’horizon 2035 ».

La discussion sera introduite par Arthur Sode (direction générale du Trésor) et Jean-Paul Nicolaï (Commissariat général à la stratégie et à la prospective - CGSP).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Scénarios de croissance à long terme », par Åsa Johansson, Yvan Guillemette, Fabrice Murtin, David
Turner, Giuseppe Nicoletti, Christine de la Maisonneuve, Philip Bagnoli, Guillaume Bousquet et  Francesca Spinelli


Cette étude présente les résultats d’un nouveau modèle de projection de la croissance économique des pays de l’OCDE et des pays majeurs hors-OCDE sur un horizon de 50 ans ainsi que des déséquilibres qui apparaissent. Un scénario de référence, qui comprend des réformes structurelles graduelles et un assainissement budgétaire suffisant pour stabiliser les ratios de dette sur PIB, est comparé à des scénarios alternatifs qui incluent des réformes plus profondes des politiques publiques. Une des conclusions principales est que la croissance des pays du G20 non membres de l’OCDE continuera de dépasser celle des pays membres, mais la différence s’amenuisera au cours des prochaines décennies. Parallèlement, les 50 prochaines années verront des changements majeurs dans la composition de l’économie mondiale. En l’absence de refonte ambitieuse des politiques publiques, des déséquilibres mondiaux dangereux pour la croissance émergeront. Cependant, une rationalisation plus prononcée des finances publiques combinée à des réformes structurelles profondes pourrait à la fois faire augmenter les niveaux de vie et réduire les risques de déraillement majeur de la croissance en réduisant les déséquilibres mondiaux.

« La boîte de Pandore de la modélisation du commerce mondial à l’horizon 2035 », par Lionel Fontagné et Jean Fouré

Nous examinons comment la structure des échanges mondiaux peut être façonnée par l'évolution des avantages comparatifs, la demande et les capacités des différentes régions à l’horizon 2035. Pour ce faire, nous combinons un modèle de convergence à trois facteurs de production (capital, travail et énergie) et
deux productivités globales (celles des facteurs et de l’énergie), avec un modèle d'équilibre général calculable (EGC) dynamique de l'économie mondiale calibré pour reproduire l'élasticité observée des échanges au revenu. Nous projetons la croissance des pays sur la base de l'accumulation des facteurs, du
niveau de scolarité et des gains d'efficacité, en prenant en compte l'incertitude attachée à chacun de ces moteurs de la croissance. Ce cadre est imposé au modèle EGC comme sentier dynamique de référence. En outre, nous introduisons des hypothèses de politique économique affectant le commerce (droits de douane et mesures non tarifaires sur les biens et services). Deux scénarios contrastés sont envisagés. Selon nos résultats, les changements observés dans le commerce mondial relèvent plus des hypothèses faites sur le
sentier dynamique que des conséquences des politiques économiques simulées. Notre exercice souligne ainsi la nécessité d’attacher un soin particulier à la conception des sentiers dynamiques des EGC.

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 12 mars 2014. 







Retour | Remonter

Global Value Chains, Trade and Development

27 janvier 2014
Université Paris Dauphine

Seminar : Global Value Chains, Trade and Development
Program

Introduction, Comments and Conclusion : Guillaume Daudin (University Paris-Dauphine)
14:00 Introduction
14:15 Hubert Escaith : "Global Value Chains and North-South rebalancing"
15: 00 J. Guilhoto : "Brazilian Role in the Global Value Chains", (J. Guilhoto & D. Imori )
15:45 J.M. Siroën and/or A. Yücer : "Internal and International Vertical Specialization of Brazilian states– An Input-Output analysis " (A. Yücer, J. Guilhoto, J.M. Siroën).
16:30 : Norihiko Yamano : Lessons learned from the development of Global Input-Output system and Trade in Value-Added indicators
17:15 : Conclusion

Date : Monday, January 27th 2014 From 14:00 to 17:30
Location :
University Paris-Dauphine
Place du Maréchal de Tassigny
Paris 16°
Access : Subway (line 2 : Porte Dauphine), RER (line C : Avenue Foch), Bus (PC1) ROOM : P 509 (5th Floor, corridor P)


The capacity of the room is restricted : Please confirm your participation to directionmso@dauphine.fr

Fichier joint :

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud : 22/01/2014 - Thème : "Méthodes de prévision conjoncturelle"

22 janvier 2014
Paris - ministère de l'Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 Paris

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 22 janvier 2014, de 10 h 00 à 12 h 30, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Méthodes de prévision conjoncturelle ».

Boriss Siliverstovs (École polytechnique fédérale de Zurich -Eidgenössische Technische Hochschule Zürich, ETHZ-, Centre de recherches conjoncturelles -Konjunkturforschungsstelle, KOF) exposera tout d’abord une étude intitulée « L’apport des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises à la prévision à court terme de
l’emploi : une application en temps réel sur données suisses ».

Ensuite, Matteo Mogliani  (Banque de France, DGEI - DCPM – DIACONJ) présentera un travail réalisé avec Frédérique Bec (Thema, Université de Cergy-Pontoise, Crest et Banque de France) intitulé « Prévisions du PIB français en temps-réel à partir des enquêtes de conjoncture : combiner l'information ou les prévisions ? ».

Enfin, Raul Sampognaro (direction générale du Trésor) exposera une étude intitulée « Incertitude conjoncturelle : comment la mesurer ? ». 

La discussion sera introduite par Laurent Clavel (Insee).

Ce séminaire se tiendra exceptionnellement en anglais.

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.


Résumés des présentations :

« L’apport des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises à la prévision à court terme de l’emploi : une application en temps réel sur données suisses », par Boriss Siliverstovs 

Cet article étudie l’apport des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises réalisées par le KOF à la prévision à court terme du taux de croissance de l’emploi en Suisse. Une base de données en temps réel est utilisée pour simuler le processus de prévision en n’exploitant que les informations disponibles lors de l’élaboration de chaque prévision. Le contenu prédictif de l’indicateur de l’emploi du KOF (le KOFEI), tiré de ses enquêtes de conjoncture, est évalué pour les prévisions relatives aux trimestres courant et suivant. Des prévisions combinées de croissance de l’emploi sont calculées à l’aide de modèles autorégressifs à retards échelonnés intégrant les valeurs contemporaine et retardées du KOFEI. Une approche Bayesian Model Averaging (BMA) est retenue pour tenir compte de l’incertitude liée à la sélection de modèle dans l’élaboration des prévisions. On montre que la prise en compte du KOFEI débouche sur des prévisions ponctuelles et en densité sensiblement meilleures que celles tirées des modèles autorégressifs. En outre,
les performances prédictives de l’approche BMA et du modèle unique optimal caractérisé par la probabilité a posteriori la plus élevée sont proches, avec un léger avantage pour l’approche BMA. 
 

« Prévisions du PIB français en temps-réel à partir des enquêtes de conjoncture : combiner l'information ou les prévisions ? », par Frédérique Bec et Matteo Mogliani 

Cette étude examine les performances en prévision de deux stratégies de prévision concurrentes : la combinaison des prévisions et la combinaison des ensembles d'information. Théoriquement, il ne devrait y avoir aucun rôle pour la combinaison des prévisions dans un monde où les ensembles d'information peuvent être combinés instantanément et sans coût. Cependant, sur la base de travaux récents affirmant que ce résultat n'est pas nécessairement vérifié en échantillon fini, notre étude cherche à vérifier ce point à travers une analyse empirique exploitant des données en temps réel et à fréquence mixte. Une application sur
le taux de croissance trimestriel du PIB français révèle qu‘à partir d'un ensemble de modèles utilisant des indicateurs coïncidents, une simple moyenne des prévisions de ces modèles est plus performante que chacune des prévisions considérées séparément, à condition qu'aucun de ces modèles n'englobe les autres. En outre, la moyenne simple des prévisions individuelles est aussi, voire plus performante que des méthodes plus sophistiquées de combinaison des prévisions. Cependant, le modèle prédictif obtenu en combinant tous les ensembles d'information i) englobe les modèles utilisant une information plus restreinte et ii) est plus performant en prévision que la meilleure des méthodes de combinaison de leurs prévisions.

 
« Incertitude conjoncturelle : comment la mesurer ? », par Raul Sampognaro

La croissance économique de court terme est souvent difficile à prévoir lors des périodes de retournement conjoncturel au moyen des méthodes traditionnellement mobilisées par les prévisionnistes, les étalonnages sur les enquêtes de conjoncture. Ces modèles ont fortement sous-estimé la probabilité d'observer de très fortes évolutions de la croissance trimestrielle en début et en fin de la crise de 2008-2009. Un autre modèle est présenté ici, fondé sur les régressions de quantiles, qui capte l’incertitude en temps réel. Il permet d'évaluer en rythme mensuel les effets joints des évolutions du climat des affaires et des tensions sur les marchés financiers, non seulement sur le niveau d'activité, mais aussi sur l'incertitude conjoncturelle. Un pic d'incertitude a été identifié par ce modèle au mois de juillet 2012. Depuis, l'incertitude s'est amenuisée
progressivement, en lien probable avec la gestion de la crise des dettes souveraines de la zone euro.  


Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 12 février 2014. 



Retour | Remonter

Séminaire "La santé, le social comme secteurs d'activité de croissance et d'emploi"

28 novembre 2013
Paris

Pour participer à ce séminaire, merci de vous inscrire avant le 25 novembre, en précisant si vous prendrez part au buffet le vendredi 28 novembre auprès de conferences.cee@sciences-po.fr

Présentation sur le site suivant : http://cee.sciences-po.fr/fr/agenda/details/509-le-secteur-de-la-protection-sociale-comme-secteur-dactivite-economique-de-croissance-et-demploi.html
Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud : 11/12/2013 - Thème : " Intervention publique et localisation des activités "

11 décembre 2013
Paris - ministère de l'Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 Paris

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 11 décembre 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Intervention publique et localisation des activités ».

Miren Lafourcade (Université Paris-Sud ADIS et Paris School of Economics) exposera tout d’abord les enseignements d’une étude intitulée « Hétérogénéité de l’impact des Zones Franches Urbaines : le rôle de l’isolement géographique des quartiers », réalisée avec Anthony Briant (Paris School of Economics) et Benoît Schmutz (Howard University).

Ensuite, Corentin Trévien (Insee, Sciences-Po et Crest) présentera une étude réalisée avec Thierry Mayer (Sciences-Po) intitulée « Transports ferroviaires urbain et périurbanisation, l'exemple du RER en Île-de-France».

La discussion sera introduite par Benjamin Bureau (direction générale du Trésor).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.


Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Hétérogénéité de l’impact des Zones Franches Urbaines : le rôle de l’isolement géographique des quartiers », par Anthony Briant, Miren Lafourcade et Benoît Schmutz

Les travaux d’évaluation de la politique des Zones Franches Urbaines (ZFU) montrent que celle-ci a eu un
impact limité sur les créations d’établissements et d’emploi. Cet effet moyen modeste masque cependant une forte hétérogénéité d’une ZFU à l’autre. La présente étude vise à évaluer dans quelle mesure le degré d’isolement spatial des quartiers conditionne l’efficacité de la politique des ZFU. Pour ce faire, des modèles rapprochant la variable de traitement (être en ZFU) d’une série d’indicateurs originaux rendant compte de l’isolement spatial des quartiers sont estimés par la méthode des doubles différences. Les résultats indiquent
que cet isolement conditionne effectivement la performance de la politique des ZFU : les zones les moins isolées parmi celles ciblées par cette politique en ont davantage bénéficié. En outre, si les classements en ZFU se sont traduits majoritairement par un effet de déplacement d’entreprises préexistantes, la géographie urbaine a été un déterminant très net de la décision de créer de nouvelles entreprises.

 
« Transports ferroviaires urbain et périurbanisation, l'exemple du RER en Île-de-France», par Corentin
Trévien et Thierry Mayer


Ce travail identifie l'effet causal des transports ferroviaires urbains sur la répartition géographique des entreprises, de l’emploi et de la population en Île-de-France. Les infrastructures de transport n’étant jamais localisées au hasard, une telle évaluation se heurte à un problème important d'endogénéité. L’étude répond à ce problème en s’appuyant sur l'expérience naturelle offerte par le Réseau express régional (RER), progressivement mis en service entre 1970 et 2000. Selon les résultats obtenus, l’ouverture d’une station dans une commune a augmenté le nombre d’emplois de 7 à 11 % entre 1975 et 1990. Les effets positifs les plus forts sont observés dans les communes situées à moins de 20 km de Paris, alors en forte croissance. L’étude ne met pas en évidence d’effet global sur la population. Cependant, une augmentation de la part des cadres dans la population des communes les plus proches de Paris est constatée suite à la mise en place du RER, suggérant une possible gentrification.  


Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 22 ou 29 janvier 2014. 


 

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud - 13/11/2013 - Thème : « Progressivité des prélèvements sur le travail et emploi »

13 novembre 2013
Paris - ministère de l'Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 Paris

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 13 novembre 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Progressivité des prélèvements sur le travail et emploi ».

Étienne Lehmann (Cred – Tepp, Université Panthéon Assas et Crest) exposera tout d’abord les enseignements d’une étude intitulée « Au-delà du coin fiscal : l'effet de réduction du chômage de la progressivité fiscale », réalisée avec Claudio Lucifora, Simone Moriconi (Università cattolica del Sacro cuore de Milano) et Bruno Van der Linden (Ires, Université Catholique de Louvain et FNRS).

Ensuite, Stéphane Carcillo (OCDE, Université Paris 1, Sciences-Po et Iza) et Pierre Cahuc (École Polytechnique, Crest, CEPR et Iza) présenteront une étude réalisée avec Thomas Le Barbanchon (Crest) intitulée « Les subventions à l'embauche en récession : ça marche ? ».

La discussion sera introduite par Benoît Ourliac (Dares).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.


Résumés des présentations au prochain séminaire :

 « Au-delà du coin fiscal : l'effet de réduction du chômage de la progressivité fiscale », par Etienne Lehmann, Claudio Lucifora, Simone Moriconi et Bruno Van der Linden

Cette étude montre que, pour un niveau donné des prélèvements obligatoires sur les revenus du travail, une fiscalité plus progressive réduit le taux de chômage. Un tel effet peut s’expliquer théoriquement par un effet de modération salariale de la progressivité fiscale ou par le fait que l'emploi à bas salaires est plus sensible aux prélèvements obligatoires. Cette prédiction est testée empiriquement sur un panel de 21 pays de l'OCDE couvrant la période 1998-2008. Les résultats montrent qu'une fois pris en compte l'impact du coin fiscal au niveau du salaire moyen, une fiscalité plus progressive réduit le taux de chômage et accroît le taux d'emploi. Ces résultats sont robustes à la prise en compte de l'endogénéité potentielle des indicateurs fiscaux. Aussi,
une fiscalité plus progressive n’aurait pas seulement un effet négatif sur les incitations à travailler davantage et donc sur la productivité par tête mais aurait également un effet positif sur l’emploi.

 
« Les subventions à l'embauche en récession : ça marche ? », par Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo et Thomas Le Barbanchon

Les subventions à l'embauche ont été utilisées dans de nombreux pays pour contrer les effets sur l'emploi de la Grande Récession. La diversité des modalités d'attribution de ces aides reflète les nombreux débats quant à leur efficacité. Cet article étudie l'impact d'une aide à l'embauche mise en place en France en 2009 et 2010 - « Zérocharges » - permettant aux entreprises de moins de dix salariés d'être totalement exonérées de cotisations patronales pour les embauches à proximité du salaire minimum pendant 12 mois. La discontinuité au seuil de dix salariés permet d'en analyser les conséquences. À cette fin, une base de données exhaustive (DADS) est utilisée, qui est appariée avec les documents administratifs de la mesure. Cette base extrêmement détaillée permet d'identifier l'impact de la politique conditionnellement à un large éventail de caractéristiques. Elle permet également d'évaluer les effets non seulement sur l'emploi, mais aussi sur les embauches, les séparations, la rotation et les heures travaillées. Ces effets s'avèrent tous positifs.
 
Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 11 décembre 2013.   



Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud - 16/10/2013 - Thème : « segmentation du marché du travail »

16 octobre 2013
Paris - ministère de l'Économie et des Finances

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 16 octobre 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Segmentation du marché du travail ».

Clémence Berson (direction générale du Trésor) exposera tout d’abord les enseignements d’une étude intitulée « Réduire la segmentation du marché du travail par des incitations financières ? », réalisée avec Nicolas Ferrari (direction générale du Trésor).

Ensuite, Olivier Charlot (Université Cergy-Pontoise et Thema) présentera une étude réalisée avec Pierre Cahuc (École Polytechnique, Crest, CEPR et Iza) et Franck Malherbet (Université de Rouen, École Polytechnique, Crest et Iza) intitulée « Une explication de l’importance de l’emploi à durée déterminée et de ses effets sur la rotation de la main-d’œuvre et la production ».

La discussion sera introduite par Hervé Boulhol (OCDE).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

 Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Réduire la segmentation du marché du travail par des incitations financières ?», par Clémence Berson et Nicolas Ferrari

Le marché du travail français est segmenté entre les personnes bénéficiant d'un emploi stable et celles  alternant contrats temporaires et périodes de chômage. Parmi les solutions envisagées pour réduire cette dualité figurent des incitations financières pour encourager les entreprises à allonger la durée des contrats ou
favoriser le recours aux emplois stables. Cette étude développe un modèle d'appariement adapté aux caractéristiques du marché du travail français et calibré sur données françaises. Trois conclusions principales s’en dégagent : i) des cotisations dégressives avec l'ancienneté dans le contrat ou une taxe sur les licenciements et sur les fins de contrats temporaires réduisent la segmentation mais au prix d'une plus forte rigidité du marché du travail et d'une plus faible productivité ; ii) par rapport à la taxe, des cotisations
dégressives sont moins favorables aux nouveaux entrants et augmentent plus la durée moyenne de chômage ; iii) une surcotisation sur les emplois temporaires, finançant une prime aux embauches en emploi stable, diminue également la segmentation du marché du travail mais elle n'a pas les mêmes effets négatifs
sur la flexibilité du marché du travail et la productivité. De ce point de vue les réformes récentes en Italie et en France apparaissent pertinentes au regard des résultats de la modélisation retenue.

« Une explication de l’importance de l’emploi à durée déterminée et de ses effets sur la rotation de
la main-d’œuvre et la production », par Pierre Cahuc, Olivier Charlot et Franck Malherbet


Dans de nombreux pays européens, les réformes du marché du travail entreprises au cours des dernières
décennies se sont traduites par des ajustements à la marge, consistant à assouplir les possibilités de recours aux contrats à durée déterminée (CDD). Le fort pourcentage d’emplois en CDD dans l’emploi total semble ainsi être l’une des caractéristiques principales des pays dont la législation sur la protection de l’emploi est protectrice. Par exemple, en France et en Espagne, les CDD représentent respectivement 15 et 30 % de l’emploi total. De manière peut-être plus spectaculaire, ce type de contrat représente l’immense majorité (80 à 90 %) des créations d’emplois, en France comme en Espagne. En contrepartie, ces emplois ont en général des durées extrêmement courtes : pour l’année 2010, 75% des emplois créés en CDD l’étaient pour une durée inférieure à un mois en France. Cette étude présente une modélisation simple du choix des entrepreneurs entre emplois permanents et emplois temporaires. Le modèle proposé tient compte de caractéristiques importantes des législations de protection de l’emploi en cours, jusqu’alors ignorées par les travaux antérieurs. Le modèle reproduit les principaux faits stylisés concernant les entrées dans les emplois permanents et temporaires observés dans les pays de l’Europe continentale. Les principaux résultats sont les suivants : i) la rigueur des contraintes légales sur la cessation des emplois permanents a un fort impact positif sur la rotation des emplois temporaires ; ii) la protection de l’emploi a des effets très limités sur l’emploi total mais elle génère une substitution très marquée des emplois temporaires vers les emplois permanents, qui réduit significativement la production agrégée.  


Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 13 novembre 2013. 


Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud - 10/07/2013 - Thème : « Réglementation et productivité »

10 juillet 2013
Paris - ministère de l'Économie et des Finances

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 10 juillet 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Réglementation et productivité ».

Dans un exposé introductif, Gilbert Cette (Banque de France et Université d’Aix-Marseille) présentera une vue d’ensemble des évaluations développées à la Banque de France sur ces questions. Puis il exposera les enseignements d’une étude intitulée « Qualité des relations du travail et productivité : une analyse empirique
sur des entreprises françaises », réalisée avec Nicolas Dromel (Paris School of Economics, CNRS), Rémy Lecat (Banque de France) et Anne-Charlotte Paret (Banque de France et Ensae).

Ensuite, Jacques Mairesse (Crest-Ensae, Université de Maastricht et Banque de France) présentera une étude réalisée avec Gilbert Cette et Jimmy Lopez (Banque de France) intitulée « réglementations sur les marchés des produits amont TIC, R&D et productivité ».

La discussion sera introduite par Jean-Luc Schneider (OCDE).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud).
On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.




Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Qualité des relations du travail et productivité : une analyse empirique sur des entreprises françaises », par Gilbert Cette, Nicolas Dromel, Rémy Lecat et Anne-Charlotte Paret


Cette étude montre empiriquement comment la qualité des relations sociales peut avoir un impact favorable sur la productivité globale des facteurs (PGF) susceptible d’infléchir notablement les effets des « contraintes réglementaires ». Les auteurs font l’hypothèse que l’existence d’accords collectifs, au niveau de la firme ou au niveau d'une branche d'activité, témoigne d’une bonne qualité des relations sociales. Les estimations sont réalisées sur une base de données de la Banque de France portant sur les obstacles auxquels les entreprises françaises font face lorsqu’elles souhaitent augmenter l’utilisation de leurs facteurs de production. Ces obstacles sont ceux déclarés par les entreprises dans le cadre d’une enquête de la Banque, parmi lesquels sont mentionnées les « contraintes réglementaires », les « réticences du personnel », les « oppositions syndicales », etc. L’analyse se fonde sur un panel non cylindré de 7 441 observations, correspondant à 1 545 entreprises sur la période 1991-2008. Les principaux résultats sont les suivants : i) la combinaison d’une mauvaise qualité des relations sociales, telle qu’appréciée par notre indicateur, et de « contraintes réglementaires » peut avoir un effet significativement négatif sur la PGF ; ii) en revanche, les « contraintes règlementaires » en interaction avec les « accords de branche ou d’entreprise » ont un effet significativement positif sur la PGF. Ces accords, qui ne sont possibles que si les relations sociales le permettent, seraient utilisés par les entreprises pour neutraliser l’effet négatif des contraintes règlementaires.

« Réglementations sur les marchés des produits amont, TIC, R&D et productivité », par Gilbert
Cette, Jimmy Lopez et Jacques Mairesse


Cette étude cherche à caractériser les canaux par lesquels les régulations anti-compétitives dans les secteurs amont peuvent affecter la croissance de la productivité.  Plus précisément, elle compare ainsi les impacts « indirects », qui passent par les investissements en TIC et en R&D, et les impacts « directs », qui peuvent passer par d’autres canaux tels différentes formes de capital incorporel (qualification du travail, organisation, etc.). Nous estimons ainsi une fonction de production dans laquelle la productivité dépend à la fois des régulations dans les secteurs amont et du stock de capital en TIC et en R&D, de même que deux
fonctions de demande de facteurs où l’accumulation en TIC et en R&D dépend aussi des régulations des secteurs amont. Ces relations sont estimées sur un panel de 13 secteurs pour  14 pays de l’OCDE sur la période 1987-2007. Les résultats confirment l’importance des effets sur la productivité d’une baisse des
régulations anti-compétitives et permettent d’apprécier la part qui revient aux investissements en R&D et en TIC.  

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 16 octobre 2013. 

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud – 12/06/2013 – Thème : « Financement des entreprises »

12 juin 2013
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 12 juin 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Financement des entreprises ».

Claire Lelarge (Insee) présentera le dossier intitulé « Les ajustements des entreprises françaises pendant la crise de 2008/2009 », coécrit avec Pierre-Yves Cabannes, Vincent Cottet, Yves Dubois et Michaël Sicsic (Insee), à paraître dans L’Économie française, édition 2013.

Ensuite, Élizabeth Kremp (Observatoire des Entreprises, Banque de France et NBER) exposera les enseignements d’une étude intitulée « La crise a-t-elle entraîné un rationnement du crédit pour les PME ? », réalisée avec Patrick Sevestre (Banque de France et Université Paris I - Panthéon Sorbonne).

La discussion sera introduite par Jean Boissinot (Direction générale du Trésor).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.


Résumés des présentations au prochain séminaire :


« Les ajustements des entreprises françaises pendant la crise de 2008/2009 », par Pierre-Yves Cabannes, Vincent Cottet, Yves Dubois, Claire Lelarge et Michaël Sicsic
Durant la crise de 2008/2009, les entreprises françaises ont été affectées par un effondrement de la demande domestique et mondiale, tandis que les banques françaises rencontraient des difficultés qui laissaient craindre un resserrement des conditions de crédit. Cette crise a fortement affecté le nombre de créations d'entreprises et leur taille initiale ; leur croissance a aussi été amputée, notamment celle des plus prometteuses. Les filiales des groupes ont connu une baisse d’activité en 2008 et 2009 plus forte que les entreprises indépendantes, en particulier dans le secteur de l’industrie manufacturière. Ce sont les entreprises les moins susceptibles d’être contraintes financièrement qui ont le plus ajusté leurs volumes de production à court terme, ainsi que leurs niveaux d’emploi et d’investissement. Ces éléments suggèrent qu’en France, contrairement aux États-Unis, les entreprises ont davantage pâti d’un choc de demande que d’un choc de crédit.

« La crise a-t-elle entraîné un rationnement du crédit pour les PME ? », par Élizabeth Kremp et Patrick Sevestre
Cet article étudie l'accès des PME françaises indépendantes au crédit bancaire. Il vise notamment à déterminer si l'évolution observée du crédit bancaire pendant les années récentes a résulté d'une baisse de la demande de crédit consécutive au ralentissement de l'activité des entreprises et de leurs projets d'investissement ou plutôt d'une diminution de l'offre, traduisant alors un rationnement du crédit lié à un comportement plus prudent des banques en matière d'octroi de crédits. À partir de l'analyse d'un échantillon comportant environ 60 000 PME, les auteurs aboutissent à la conclusion que, malgré un comportement plus restrictif des banques, les PME françaises n'ont pas souffert d'un rationnement marqué du crédit depuis 2008. La demande est la cause essentielle de la baisse observée des crédits aux PME. Ce résultat, qui va à l'encontre du discours selon lequel les PME auraient souffert d'un fort rationnement du crédit pendant la crise, est confirmé par les résultats de diverses enquêtes françaises et européennes menées récemment sur l'accès des PME au crédit bancaire.  

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 10 juillet 2013. Thème : réglementation et productivité.
Retour | Remonter

Séminaire de restitution sur l'analyse économique des liens entre l'épargne salariale et les politiques de rémunération - 31 mai 2013

31 mai 2013
Paris, Dares (39-43 Quai André Citroën, 75902 Paris Cedex 15)

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) organise un séminaire de présentation des résultats de trois recherches financées dans le cadre de l’appel à projets de recherche lancé en 2010 sur "L'analyse économique des liens entre l’épargne salariale et les politiques de rémunération".

Ce séminaire aura lieu le vendredi 31 mai 2013 de 14h à 17h30 dans les locaux de la Dares (salle Marcelle Henry, niveau de l'accueil).

Vous trouverez ci-joint le programme de ce séminaire. Pour vous inscrire, merci de remplir le bulletin réponse ci-dessous et de le renvoyer par retour de mail à dares.mar@travail.gouv.fr

Nom :
Prénom :
Organisme :
Fonction :
E-mail :
Tél :

Le nombre de places étant limité, nous vous remercions de vous inscrire avant le 24 mai et une confirmation de votre inscription vous sera envoyée ultérieurement.

Fichier joint :

Retour | Remonter

Séminaire Christian Julliard (LSE) le 4 avril à la Banque de France

4 avril 2013
Banque de France 75001 Paris

Christian Julliard (LSE) fera une présentation à la Banque de France sur le thème suivant : “Network Risk and Key Players”

le 4 avril 2013 (11h00 - 12h00, salle B 230)
à la Banque de France, 31 rue Croix des Petits-Champs, 75001 Paris

Si vous souhaitez assister à ce séminaire, merci de nous le signaler par courriel : FONDATION-UT@banque-france.fr.

Fondation Banque de France Pour la recherche
Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud – 10/04/2013 – Thème : « Retour à l’emploi : les expériences françaises et allemandes »

10 avril 2013
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 10 avril 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Retour à l’emploi : les expériences françaises et allemandes ».

L’exposé introductif, par Flore Bouvard (DG Trésor), s’appuiera sur deux Lettres Trésor-éco de la DG Trésor intitulées « Réformes Hartz : quels effets sur le marché du travail allemand ? » et « Chômage partiel, activité partielle, Kurzarbeit : quelles différences entre les dispositifs publics français et allemand ? ».

Ensuite, Jeanne Daussin-Bénichou et Marie Sala (Insee) présenteront le dossier intitulé « Pourquoi le chômage a-t-il continué de baisser en Allemagne après 2007 ? », publié dans la Note de conjoncture de l’Insee de mars 2013.

Enfin, Thomas Le Barbanchon (Crest) exposera les enseignements d’une évaluation réalisée sur données françaises intitulée « Effets de la durée maximale d’indemnisation du chômage sur le retour à l’emploi et sur sa qualité », réalisée avec Thomas Deroyon (qui travaillait à la Dares au moment de la réalisation de l’étude). La discussion sera introduite par Flore Bouvard et Pierre Leblanc (DG Trésor).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Pourquoi le chômage a-t-il continué de baisser en Allemagne après 2007 ?», par Jeanne Daussin-Bénichou et Marie Sala
Aujourd'hui, l'Allemagne est apparemment proche du plein emploi, avec un taux de chômage de l'ordre de 5 %. Pourtant, il était, tout comme en France, supérieur à 7 % juste avant la crise de 2008. Pourquoi le taux de chômage a t-il continué à diminuer depuis lors, alors qu'il a augmenté partout ailleurs dans les économies avancées ? Cinq explications à cette bonne performance sont souvent avancées : le chômage aurait diminué en Allemagne parce que la population en âge de travailler diminue ; parce que la croissance y est plus élevée, notamment grâce à une meilleure compétitivité extérieure ; parce que le chômage partiel s'est très fortement développé durant la crise ; parce que les salaires ont nettement moins progressé que la productivité depuis la seconde moitié des années 1990 ; et, enfin, parce que le marché du travail aurait été profondément transformé par les réformes Hartz mises en œuvre entre 2003 et 2005. Ce dossier montre que les contributions respectives de ces cinq facteurs à la baisse continue du chômage sont très inégales.

« Effets de la durée maximale d’indemnisation du chômage sur le retour à l’emploi et sur sa qualité », par Thomas Le Barbanchon et Thomas Deroyon
Le premier objectif de l’assurance chômage est d’assurer un revenu de remplacement aux personnes involontairement privées d’emploi. Au-delà de son rôle d‘assurance, se pose la question de l’efficacité de ce dispositif. En théorie, des allocations chômage plus généreuses ralentissent les sorties du chômage mais sont également susceptibles d’améliorer la qualité de l’emploi retrouvé. À l’aide d’une méthode de régression discontinue, nous mesurons empiriquement l’impact d’un allongement de la durée maximale d’indemnisation du chômage en France entre 2000 et 2002. Lorsque la durée d’indemnisation est portée de 7 à 15 mois, le taux de retour à l’emploi diminue de 28 % (soit un allongement de la durée de chômage de l’ordre de deux mois et demi), tandis que la stabilité de l’emploi retrouvé et le salaire perçu ne sont pas significativement améliorés. 

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 15 mai 2013. 

Retour | Remonter

Séminaire d'économie politique de la santé (SEPOSA)

22 mars 2013
Maison des sciences économiques, 106 - 112boulevard de L'Hôpital - 75013 Paris

la prochaine séance du séminaire d'économie politique de la santé (SEPOSA) aura lieu, le vendredi 22 mars 2013 à la Maison des sciences économiques, 106 - 112boulevard de L'Hôpital - 75013 Paris, salle 116 à 14h.
Deux textes seront présentés :

Sabine Ferrand-Nagel (ADIS, Université Paris Sud), Frédéric Pierru (CERAPS, CNRS-Lille 2), « Retours sur l'alternative idéalisme en économie (hétérodoxe) de la santé / réalisme de la politique de la santé. Le cas de l’impossible régulation de la médecine de ville ».Renaud Gay (PACTE, IEP de Genoble), « La réforme de l’hôpital en 1981. Préparation, contestation et imprévisibilité de l’alternance »

Vous trouverez sur notre site http://ecoposante.free.fr le texte des interventions et le programme de l'année
Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud – 20/03/2013 – Thème : prix de l’immobilier résidentiel

20 mars 2013
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 20 mars 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Prix de l’immobilier résidentiel ».

Alain Trannoy (École des Hautes Études en Sciences Sociales - EHESS et Aix-Marseille School of Economics - AMSE) exposera tout d’abord les enseignements d’un travail en collaboration avec Pierre‐Henri Bono (Institut D’Économie Publique - IDEP et Aix-Marseille School of Economics - AMSE) intitulé « Impact du dispositif Scellier sur les prix des terrains à bâtir ».

Ensuite, Aurélie Sotura présentera les résultats d’un mémoire intitulé « Les étrangers font-ils monter les prix de l'immobilier ? Estimation à partir de la base de la chambre des Notaires de Paris, 1993-2008 », qu’elle avait réalisé sous affiliation École d’économie de Paris – EHESS.

Enfin, Jean Boissinot et Marie Chanchole (DG Trésor) concluront par un exposé actualisant une contribution de la DG Trésor à un rapport annuel du conseil de la régulation financière et du risque systémique intitulée « La hausse des prix de l'immobilier est-elle associée à une "bulle" de crédit en France ? ».

La discussion sera introduite par Stéphane Gallon (groupe Caisse des dépôts).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumés des présentations au prochain séminaire :

« Impact du dispositif Scellier sur les prix des terrains à bâtir » par Pierre
Henri Bono et Alain Trannoy
Notre méthodologie s’appuie sur la comparaison de l’évolution du prix moyen au mètre carré entre des ventes de terrains à bâtir appartenant à un groupe de communes éligibles au dispositif Scellier et des ventes appartenant à un groupe de communes non éligibles. À partir de ces deux groupes, nous estimons par double différence l’évolution du prix moyen au mètre carré avant et après la mise en oeuvre du dispositif Scellier au moyen d’une extraction de la Banque nationale de données patrimoniales (BNDP) sur les ventes de terrains à bâtir en France entre 2004 et 2010. Nos résultats suggèrent qu’à l’échelle nationale, la mise en place de la loi Scellier a entraîné une hausse des prix du prix du mètre carré de l’ordre de 3 euros la première année et de 6 euros sur 2009 et 2010. Si l’on raisonne en termes de taux de croissance, cela représente un surcroît des prix, la première année, de 7% sans accélération notable la seconde année d’application, soit 2010. Ce sont les régions les plus tendues qui ont vu leurs prix progresser le plus rapidement et, en particulier, la grande région Méditerranée, où la loi Scellier semble avoir représenté une aubaine pour les propriétaires de terrains constructibles.

« Les étrangers font-ils monter les prix de l'immobilier ? Estimation à partir de la base de la chambre des Notaires de Paris, 1993-2008 », par Aurélie Sotura
Les acheteurs étrangers sont souvent accusés d'être en partie responsables de la forte hausse des prix de l’immobilier qui a eu lieu à Paris durant les vingt dernières années. En utilisant la base FILOCOM (base de données exhaustive sur le parc de logements à Paris) et la base BIEN (base des notaires sur les transactions d'appartements à Paris), nous montrons que, bien qu'ils achètent des biens jusqu'à 30 % plus cher, les étrangers ne sont pas assez nombreux pour avoir entraîné une hausse substantielle des prix à Paris. En effet, selon nos estimations, les acheteurs étrangers seraient responsables d'une augmentation des prix d’au plus 3 %, soit 3 % de la hausse des prix observée. Par ailleurs, ce sont les acheteurs de nationalité française ou étrangère habitant à l'étranger plutôt que les acheteurs de nationalité étrangère habitant en France qui ont eu un impact significatif sur les prix. Parmi les acheteurs de nationalité étrangère, ce sont les acheteurs originaires d'Europe hors France et d'Amérique qui ont eu un impact significatif sur les prix. Enfin, plus on considère des gammes de prix élevées, plus l'augmentation de la proportion d'acheteurs étrangers a été importante et plus l'augmentation de prix a été, elle, mesurée.

« La hausse des prix de l'immobilier est-elle associée à une "bulle" de crédit en France ? », actualisation d’une contribution de la DG Trésor à un rapport du Conseil de la régulation financière et du risque systémique
La hausse des prix de l’immobilier en France depuis la fin des années 1990 a été sensiblement plus rapide que l’évolution des revenus des ménages, suscitant un débat sur une possible surévaluation significative des prix. Ce travail, réalisé à la demande du Conseil de la régulation financière et du risque systémique, vise à mieux comprendre les évolutions de la capacité d’achat des ménages (au-delà de la seule évolution des revenus) et à apprécier les risques dont pourraient être porteuses ces évolutions. Les facteurs sans risque (augmentation des revenus, évolution du taux d’apport, baisse des taux d’intérêt et allongement des maturités permis par la baisse des taux) et les facteurs risqués (augmentation du taux d’effort des emprunteurs et allongement de la maturité des crédits au-delà de l’allongement permis par la baisse des taux) ont joué un rôle significatif ces évolutions depuis le début des années 2000. 

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 10 avril 2013.

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud - 27/02/2013 - Thème : limitation des émissions de CO2

27 février 2013
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 27 février 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0061 Nord 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Le séminaire portera sur le thème : « Limitation des émissions de CO2 ».  

Katheline Schubert (Paris School of Economics, Université Paris 1 et Banque de France) présentera un papier co-écrit avec Fanny Henriet et Nicolas Maggiar (Banque de France) intitulé « La France peut-elle atteindre l’objectif du Facteur 4 ? Une évaluation à l’aide d’un modèle stylisé énergie-économie ».

La discussion sera introduite par Julie Poirier (direction générale du Trésor) et Lionel Ragot (Université Paris Ouest et Cepii).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumé de la présentation au prochain séminaire :

« La France peut-elle atteindre l’objectif du Facteur 4 ? Une évaluation à l’aide d’un modèle stylisé énergie-économie » par Katheline Schubert, Fanny Henriet et Nicolas Maggiar
Nous construisons, calibrons, et simulons un modèle stylisé de l’économie française, conçu pour évaluer le niveau de la taxe carbone qui permettrait d’atteindre l’objectif du Facteur 4, c’est-à-dire de diviser par quatre les émissions de CO2 à un horizon de quarante ans. Nous estimons les possibilités de substitution entre l’énergie fossile et les autres facteurs, du côté de la consommation des ménages et de la production des entreprises. Le modèle incorpore deux formes de progrès technique, la première permettant d’augmenter la productivité du travail et la seconde d’économiser l’énergie fossile. Nous présentons deux versions du modèle, respectivement à progrès technique exogène et à direction du progrès technique endogène. Nous montrons que, si le taux de progrès technique permettant d’économiser l’énergie fossile reste à sa valeur récente observée, le niveau initial de la taxe carbone recommandé par le rapport Quinet est tout à fait insuffisant pour que l’objectif du facteur 4 soit atteint. Quand la direction du progrès technique répond aux incitations économiques, il est possible de réduire les émissions de CO2 davantage que ce que permettent les simples possibilités de substitution, mais pas de les diviser par quatre. Pour atteindre le Facteur 4, il est nécessaire d’employer un instrument de politique économique supplémentaire, par exemple une subvention à la recherche en technologies plus économes en l’énergie fossile et/ou en énergies renouvelables de substitution. La redirection du progrès technique, moteur de la transition énergétique, se fait aux prix d’une baisse relativement faible du taux de croissance de l’économie.

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 20 mars 2013.
Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud – 13/02/2013 – Thème : « Investissement responsable et performance extra-financière des entreprises »

13 février 2013
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 13 février 2013, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Ce séminaire aura pour thème « Investissement responsable et performance extra-financière des entreprises ». Il s’inscrit dans la réflexion sur la notation extra-financière, ou notation éthique, abordée dans le n°6 des Cahiers de l’évaluation publié par la DG Trésor en juillet dernier.

Il commencera par la présentation par Sébastien Pouget (Toulouse School of Economics, IAE-CRM-IDEI) d’un papier co-écrit avec Christian Gollier (Toulouse School of Economics, LERNA-IDEI) intitulé « Valeur et comportement des entreprises en présence d’investisseurs socialement responsables ».

Ensuite, Patricia Crifo (EconomiX, Université Paris Ouest, École Polytechnique et Cirano, Montréal) exposera les enseignements d’un travail intitulé « Conseils d’administration et performance des sociétés cotées », écrit en collaboration avec Sandra Cavaco (LEM, Université Panthéon Assas), Édouard Challe (École Polytechnique) et Antoine Rebérioux (EconomiX, Université Paris Ouest). Ces deux intervenants sont co-responsables scientifiques de la chaire « Finance Durable et Investissement Responsable » fondée en partenariat avec l’Association Française de Gestion Financière et d’autres grands établissements financiers.

La discussion sera introduite par Martine Perbet (Direction générale du Trésor) et Stéphane Gallon (Groupe Caisse des Dépôts).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous d’un papier d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés, tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumés des présentations au prochain séminaire :

« 
Valeur et comportement des entreprises en présence d’investisseurs socialement responsables » par Christian Gollier et Sébastien Pouget
Cette étude s’intéresse aux conditions dans lesquelles les marchés financiers peuvent induire concomitamment performance financière des actionnaires et performance extra-financière des entreprises (respect des critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance, ce qui signifie, pour l’économiste, internalisation par l’entreprise de ses externalités en limitant les externalités négatives et en augmentant les externalités positives), celles-ci devenant alors des entreprises socialement responsable (SR).  Deux questions sont étudiées : i) Comment les  investisseurs socialement responsables (ISR) peuvent-ils inciter les entreprises à s’engager dans cette voie et ii) comment la performance financière de ces investisseurs se compare-t-elle avec celle des investisseurs conventionnels ?  Cette double interrogation suggère deux types d’ISR. D’une part ceux qui « votent avec leurs pieds » en évitant les firmes non « SR» et, de ce fait, majorent le coût du capital de ces dernières ; relativement plus investis dans les entreprises «SR », ils ont une performance ajustée du risque plus faible que les autres investisseurs. D’autre part ceux qui s’engagent dans un dialogue avec les entreprises : dès lors qu’ils sont suffisamment grands, ils peuvent jouer le rôle d’une « lessiveuse » en investissant dans des compagnies non SR et en faisant en sorte qu’elles le deviennent ; le fait de revendre une partie de leurs actions à des investisseurs du premier type, leur permet ensuite de bénéficier de rendements anormalement positifs. Ce modèle montre donc que, sous certaines conditions, un horizon de long terme et une orientation socialement responsables augmentent le profit purement financier des grands investisseurs.

« Conseils d’administration et performance des sociétés cotées », par Sandra Cavaco, Édouard Challe, Patricia Crifo et Antoine Rebérioux
Ce rapport étudie les liens entre composition des conseils d’administration et performance des sociétés cotées françaises. Le point d’entrée de cette étude est moins la responsabilité sociale de l’entreprise que les débats récurrents sur le rôle du CA et sa capacité à impulser des « bonnes » stratégies pour l’entreprise. Débats qui ont conduit à préconiser une plus grande indépendance et diversité des membres des CA des sociétés cotées. Cette indépendance a-t-elle un impact sur la performance financière et extra-financière de la firme ?  Une analyse empirique portant sur les sociétés cotées françaises de 2003 à 2011,  montre que cette composition n’est pas neutre, du point de vue de la performance tant financière qu’extra-financière. Les auteurs observent ainsi que l’indépendance des administrateurs, telle qu’évaluée par le cabinet Proxinvest, induit une performance dégradée, mesurée d’un point de vue comptable (rentabilité économique et financière). Cette relation n’est pas liée à un phénomène parfois observé aux États-Unis, par lequel des sociétés en difficulté accroîtraient leur part d’indépendants de manière à rassurer les marchés. Plus probablement, elle reflète le déficit informationnel caractéristique des administrateurs indépendants. En revanche, la valeur à long terme de l’entreprise (Q de Tobin) n’est pas affectée. Par ailleurs, les auteurs trouvent que la performance extra-financière (mesurée par l’agence Vigeo à partir des critères ESG, voir ci-dessus) est favorablement liée à la présence d’indépendants. Ces derniers paraissent ainsi plus sensibles aux externalités sociales et environnementales provoquées par l’activité de l’entreprise que des administrateurs internes. En dernier lieu, aucun effet systématique, ni sur la performance financière ni sur la performance extra-financière, n’est observé du fait de la présence de femmes ou d’extranationaux dans les conseils.

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 27 février 2013.
Retour | Remonter

Liquidité, Crise, Régulation

15 février 2013
Université Toulouse 1-Capitole
Date limite de soumission : 7 janvier 2013

Appel à communication pour un atelier de travail, co-organisé par Universités de Bordeaux 4 et Toulouse 1-Capitole, sur le thème "Liquidité, Crise, Régulation" qui aura lieu à l’Université Toulouse 1-Capitole le Vendredi 15 février 2013

Fichier joint :

Retour | Remonter

Séminaire Fourgeaud – 12/12/2012 – Thème : « Système de remboursement et financement de l’assurance maladie »

12 décembre 2012
Paris - ministère de l’Économie et des Finances - 139 rue de Bercy 75012 PARIS

AVIS de séminaire Fourgeaud

Le prochain séminaire Fourgeaud aura lieu le mercredi 12 décembre 2012, de 10 h 00 à 12 h 15, au 139 rue de Bercy, 75 012 Paris, bâtiment Vauban, salle 0064 Sud 1. L’accès à ce séminaire sera libre (sans inscription préalable) dans la limite des places disponibles.

Il portera sur le thème « Système de remboursement et financement de l’assurance maladie ».

Le séminaire débutera par l’exposition par Jonathan Duval et Rémi Lardellier (DREES) de leurs études intitulées « La redistribution opérée par l’assurance maladie obligatoire et par les assurances complémentaires selon l’âge » (co-auteur : Renaud Legal, DREES) et « La redistribution verticale opérée par l’assurance maladie ».

Ensuite Grégoire de Lagasnerie (direction générale du Trésor et École d’Économie de Paris -PSE-) présentera une étude intitulée « Évaluation de modifications du système de remboursement des soins, enseignements de la maquette Isis ».

La discussion sera introduite par Michel Grignon (directeur du Centre for Health Economics and Policy Analysis, McMaster University, Ontario, Canada, et Institut de Recherche, d’études et de documentation en économie de la santé -IRDES-, Paris) et Valérie Paris (OCDE).

Merci de transmettre cet avis à ceux de vos collègues ou collaborateurs qui pourraient être intéressés par ce séminaire.

IMPORTANT : munissez-vous de cet avis et d’une pièce d’identité pour pouvoir entrer dans les locaux du ministère.

NB : le séminaire Fourgeaud a désormais des pages dédiées sur le site internet de la direction générale du Trésor (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Seminaire-Fourgeaud). On y trouve des informations générales sur le séminaire et on peut notamment y télécharger les documents relatifs aux séminaires passés tenus depuis l’année 2010 (papiers, fichiers des présentations et des discussions) dès lors que les intervenants ont donné leur accord pour leur mise en ligne.

Résumés des présentations au prochain séminaire :


« Redistribution opérée par l’assurance maladie selon l’âge et les revenus en 2008 » par Jonathan Duval, Rémi Lardellier et Renaud Legal
Ces travaux visent à mesurer les impacts redistributifs des financements et prestations des assurances maladie obligatoire et complémentaire (AMO/C). Étant donnée l’absence actuelle de source exhaustive, les résultats proviennent de données microsimulées au sein des modèles Ines et Omar gérés à la Drees. L’analyse montre que les logiques de l’AMO permettent notamment aux plus modestes et aux retraités un meilleur accès aux soins que celui qu’ils auraient dans un système d’assurances privées fonctionnant selon une logique de tarification au risque. Les retraités, à faibles contributions, ont ainsi les dépenses de soins les plus élevées. Cependant, la dispersion des dépenses par classe d’âges est importante : à chaque âge une partie des individus bénéficie de remboursements supérieurs aux cotisations versées. Ces personnes, plus malades, assument des restes à charge supérieurs en moyenne à ceux des autres assurés. Par ailleurs, les ménages modestes ont des contributions financières à l’AMO plus faibles (progressivité des prélèvements) et une prise en charge de leurs dépenses de santé légèrement plus élevée (état de santé moyen plus dégradé). Au total, l’AMO opère une réduction des inégalités de niveau de vie qui tient pour 4/5e à l’effet de son financement et pour 1/5e à celui de ses prestations.

« Évaluation de modifications du système de remboursement des soins, enseignements de la maquette Isis » par Grégoire de Lagasnerie
Le redressement des comptes publics se décline pour l’assurance maladie sous la forme d’une maîtrise renforcée de la croissance des dépenses d’assurance maladie à l’horizon 2017. L’étude illustre différentes voies possibles d’économies et en analyse les conséquences possibles sur le remboursement des soins de ville. Six évolutions possibles de la prise en charge des dépenses des assurés, s’inspirant des systèmes de santé étrangers, sont étudiées (mise en place d’une franchise à la base, d’un plafond de reste à charge, etc.). À partir de l’outil de microsimulation Isis, les conséquences de telles modifications de la participation financière des assurés sont explicitées au regard de critères socio-économiques tels que le revenu, l’âge, l’état de santé. L’analyse des efforts des assurés permet de montrer notamment qu’une franchise à la base peut s’apparenter à une flat tax sur l’ensemble des assurés. De plus, un plafond de reste à charge (éventuellement modulé en fonction du revenu) financé par la suppression d’exonérations pénalise fortement les assurés souffrant d’une affection de longue durée mais permet une meilleure couverture des assurés qui font face à des dépenses importantes. 

Date prévisionnelle indicative du séminaire Fourgeaud suivant (même créneau horaire) : 9 janvier 2013.
Retour | Remonter

Défaillance et survie des entreprises : causes et conséquences économiques

7 décembre 2012
Université Paris Ouest, Nanterre, La Défense, bâtiment B, Salle des Conférences

13ème journée d'études sur les faillites


Sur le thème : "Défaillance et survie des entreprises : causes et conséquences économiques "

Vendredi 7 décembre 2012
Université Paris Ouest, Nanterre, La Défense, bâtiment B, Salle des Conférences

Fichier joint :

Retour | Remonter