Inscription à la newsletter
Accès Espace Personnel
Connexion sociale
?
Water

 

Je suis très honoré et heureux d'assurer la présidence de l'AFSE pour l'année 2021-2022, et je remercie tous les membres de l'Association pour leur confiance. En lisant la liste des 42 éminents présidents qui se sont succédés depuis Albert Aftalion en 1950 jusqu'à Valérie Mignon en 2020, je mesure encore davantage l'importance du rôle de l'AFSE en tant que « maison commune » des économistes, qu'ils travaillent dans une université, une administration ou une entreprise.

Au cours des deux années précédentes, j'ai eu le privilège de siéger au Bureau de l'AFSE auprès de deux grands Présidents, Jean-Luc Tavernier et Valérie Mignon. Chacun à leur manière, ils ont fortement contribué à renforcer la crédibilité et la visibilité de notre Association, et donc aussi celle de la profession d'économiste.  Je tiens en votre nom à tous à les en remercier, et je veillerai à entretenir la dynamique qu'ils ont su créer.

De mon point de vue, l'AFSE a deux missions principales. Tout d'abord, contribuer à promouvoir le rôle des « économistes dans la cité », pour reprendre le beau titre d'une note du CAE d'il y a quelques années, rédigée par une ancienne Présidente et toujours très active membre du Bureau, Agnès Benassy-Queré, avec Olivier Blanchard et Jean Tirole. Cette mission porte sur les interactions des économistes avec toutes les parties prenantes : les décideurs publics, les médias et bien sûr les citoyens. Elle est plus que jamais nécessaire à une époque où la parole des experts est de plus en plus mise en question.

Mais il y a aussi une deuxième grande mission, plus interne, sur laquelle je souhaiterais aussi mettre l'accent durant l'année qui vient : apporter un soutien à la profession d'économistes et à la recherche en science économique. Ceci passe bien sûr d'abord par les actions que nous menons par l'organisation de conférences et la délivrance de Prix récompensant des thèses, des livres ou des articles. Pour autant, il nous faut probablement encore mieux répondre aux nouveaux besoins et défis de la profession d'économistes. J'en vois au moins trois.

Premièrement, de façon très immédiate, il y a les défis soulevés par la pandémie et le nouveau normal dans l'après-covid. Je pense en particulier aux jeunes économistes et doctorants intégrant notre profession à un moment où il devient plus compliqué de nouer des relations en l'absence de conférences en présentiel. L?AFSE a certainement un rôle à jouer dans ce domaine, non seulement via les sessions qu'elle organise déjà pour conseiller les jeunes économistes en vue de leur insertion sur le job market, mais aussi pour les aider à trouver des contacts. Nous devons aussi contribuer à la réflexion sur le « nouveau normal » en matière de conférences, en commençant par les nôtres : quel nouvel équilibre trouver entre visio et présentiel ?

Deuxième défi : celui de l'attractivité et de la diversité dans la profession d'économistes. L'AFSE n'est bien sûr pas le seul acteur concerné par cet enjeu, mais elle a certainement un rôle à jouer, en collaboration avec les institutions formant des économistes et avec celles qui les recrutent.

Enfin, troisième défi : celui des données et du développement des techniques de type intelligence artificielle. Cela offre à la fois de formidables opportunités nouvelles aux économistes, mais soulève aussi beaucoup de questions en matière d'accès aux données et du positionnement des économistes par rapport aux data scientists.

Je me réjouis par avance de mener ces projets avec tous les membres de notre Association. Je peux compter sur le soutien de deux éminents vice-présidents: Emmanuelle Auriol et Pierre-Cyrille Hautcoeur. Je tiens aussi à remercier chaleureusement chacun des membres du Bureau, avec qui j'ai déjà eu le plaisir de collaborer depuis deux ans : Agnès Bénassy-Queré, Anne Epaulard, Jérôme Héricourt, Pascal Le Merrer, Guy de Monchy, et Thierry Pénard. Je salue aussi la contribution de chacun des membres du Comité directeur, car ce sont eux qui font vivre au jour le jour les principales activités de notre Association. Enfin, au nom de vous tous, un grand merci à Noémie Ollivier, qui a la lourde tâche d'assurer l'administration au jour le jour de notre Association.

Je terminerai en vous rappelant les principaux événements AFSE pour l'année 2021-22, qui se clôturera en juin par notre Congrès annuel à Dijon :

  • 3 juin 2021 : Matinale de l'Assemblée nationale avec les JECO : « Les territoires durables au défi de la localisation»
  • 2 juillet 2021 : Session AFSE aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence : « A quoi ont servi les économistes face à la crise covid ? »
  • 13 octobre 2021 : Nocturne de l'économie à Sciences Po (en partenariat avec la BRED) : « L'Europe a-t-elle besoin d'un nouveau projet ? »
  • 5 novembre 2021 : Entretiens de l'AFSE aux Journées de l'économie (JECO) à Lyon : « L'urgence d'une nouvelle politique migratoire»
  • 9 décembre 2021 : 7ème Conférence AFSE-DG Trésor sur l'évaluation de politiques publiques  
  • 14-15-16 Juin 2022 : Congrès annuel à Dijon

A ces événements s'ajouteront comme habituellement les prix décernés par l'AFSE pour récompenser les meilleurs thèses, articles et livres d'économie.

Cette année 2021-2022 s'annonce donc très riche! N'oubliez pas de renouveler votre adhésion, et surtout de faire adhérer vos collègues et vos laboratoires ou votre institution !

Avec tous mes remerciements renouvelés.

 

                                                                                                  Olivier GARNIER