Accès Espace Personnel
Connexion sociale
?
Water

Vue 97 fois
08 novembre 2018

JÉCO (6,7 et 8 novembre à Lyon) - Les Entretiens de l'AFSE

Voulons-nous vraiment plus de croissance ? (Entretiens de l'AFSE)

Jeudi 8 novembre - 9h-10h30

Lyon

 

Intervenants

Président : Jean-Luc Tavernier
Directeur général de l’Insee, Vice-Président de l’AFSE
 Michèle Debonneuil
Inspecteur général des Finances
 Martine Durand
Chef Statisticien et Directrice des statistiques de l'OCDE
 Pierre-Yves Geoffard
Directeur de recherche CNRS
 Sylvie Goulard
Sous-gouverneure de la Banque de France
 Dominique Méda
Professeur à l'Université Paris-Dauphine
 

 

Découvrir le Thème

La croissance de la plupart des pays développés affiche un ralentissement tendanciel, qui passe notamment par un ralentissement de la productivité, qu’il s’agisse de la productivité du travail ou de la productivité globale des facteurs de production, travail et capital. Au fil du débat sur la stagnation séculaire, beaucoup a été dit et écrit sur la responsabilité des politiques économiques, ainsi que sur l’évolution du progrès technique et ses répercussions économiques (c’est le débat entre techno-optimistes qui pensent que les effets de la révolution digitale sont à venir, et les techno-pessimistes qui estiment que l’économie numérique est beaucoup moins porteuse de croissance que les vagues d’innovation antérieures). 

Mais le débat a finalement assez peu porté sur ce qui pourrait être une évolution des préférences collectives : souhaitons-nous toujours autant qu’avant une croissance forte ? Et dans quelle mesure d’autres préoccupations ne viennent pas concurrencer, voire parfois prendre le pas sur ce désir de croissance : 
- des considérations environnementales, qu’il s’agisse localement de préserver un cadre de vie, ou globalement de se préoccuper de la soutenabilité environnementale ;
- une demande de sécurité croissante, face au développement de nouveaux risques ;
- une plus grande attention à éviter les risques juridiques, qu’on pense à la «compliance» dans le secteur financier, ou à réunir un consensus, qu’on pense à la sécurisation de nouveaux projets d’infrastructures ;
- une évolution des politiques publiques en réponse au vieillissement de l’électeur médian. 

Il ne s’agit pas tant de porter un jugement normatif sur la pertinence et la légitimité de ces préoccupations que de s’interroger sur les conséquences qu’elles peuvent avoir sur les décisions des acteurs économiques, privés et publics, et partant sur la croissance économique.

Programme complet sur le site des JÉCO.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.